PHOTOGRAPHIE

Entretien avec le "roi des paparazzis" Daniel Angeli : “Les stars d’aujourd’hui sont des stars éphémères”

Publié le

16 août 2021

A l’occasion de son exposition “Paparazzi de A à Z”, qui se tient en ce moment sur le toit de la Grande Arche de la Défense, rencontre avec le roi des photographes people Daniel Angeli.

Daniel Angeli

Parmi les 250 photographies exposées par Daniel Angeli depuis le 7 août dernier, certaines d'entre elles sont devenues cultes. En 60 ans de carrière, l’homme a fait passer tout le monde - ou presque - sous son objectif : personnalités politiques, familles royales, artistes. Certaines de ses œuvres ont choqué, d’autres ont ému. En bref, elles n’ont jamais laissé indifférent. 60 ans, cela en fait des histoires à raconter. Alors, pour lui faciliter la tâche, S-quive a retenu une poignée de photographies afin de les évoquer avec celui qui les a si brillamment capturées.

Gianni Agnelli à Saint-Jean-Cap-Ferrat (1977)

Commençons par ce qui constitue probablement la série de photos la plus connue de Daniel Angeli : la baignade dans le plus simple appareil de Gianni Agnelli, PDG du constructeur italien Fiat. A l’époque, ces photos font scandale, moins pour la nudité du dirigeant que pour son apparente décontraction alors que le directeur de Fiat France Luchino Revelli-Beaumont vient d’être enlevé devant sa résidence parisienne. Une polémique qui ne suscite aucune amertume de la part de Gianni Agnelli envers Daniel Angeli : “Quelque temps plus tard, il m’a donné rendez-vous chez lui à Turin. Dans son bureau étaient encadrées les trois photos que j’avais prises de lui ce jour-là”.

1977, Gianni Agnelli à Saint-Jean-Cap-Ferrat @Daniel Angeli

Brigitte Bardot à la Madrague (1974)

L’icône des sixties est elle aussi photographiée nue sur son voilier au large de la Madrague, sa modeste maison de pêcheur à Saint-Tropez, où elle réside toujours. “On était plusieurs paparazzis à attendre dans l’eau qu’elle se montre. Nous étions comme des mouettes”, ironise Daniel Angeli. BB, de son côté, ignore ces indésirables qui la suivent jusque devant chez elle. En 1974, la star a déjà arrêté sa carrière d’actrice pour se consacrer à la défense des droits des animaux. Elle met alors à profit les photos d’Angeli : “J’ai vendu plusieurs images pour son association (la Fondation Brigitte-Bardot, ndlr). Nous avions une très bonne relation”.

1974, Brigitte Bardot @Daniel Angeli

Romy Schneider et Daniel Biasini à Gstaad (1976)

Mariés de 1975 à 1981, l’actrice et le journaliste forment un couple médiatique qui ne pouvait échapper à l'œil de Daniel Angeli. Sur le seuil de leur châlet dans la station balnéaire suisse, il les photographie s’embrassant tendrement. Romy Schneider est alors enceinte de sa fille Sarah, dont elle accouche prématurément en juillet 1977. Son couple avec Daniel Biasini est marqué par l’éloignement géographique (lui est en perpétuel voyage, elle sur les plateaux de tournages) et des drames personnels (son ex-mari Harry Meyen se suicide en 1979, son fils meurt accidentellement en 1981) dont jamais elle ne se remettra. Daniel Angeli se rappelle d’une “personnalité remarquable”, au contraire de Biasini, “un sale con qui ne lui a pas rendu la vie très rose”.

1976, Romy Schneider et Daniel Biasini à Gstaad @Daniel Angeli

Simone Veil à Sainte-Maxime (1974)

La seule photo de cette sélection qui ne soit pas volée. En 1974, Daniel Angeli croise celle qui est alors ministre de la Santé dans les rues de Saint-Tropez. L’occasion est trop belle pour le paparazzi : “Je lui demande si je peux la photographier, elle me donne rendez-vous le lendemain midi dans leur résidence de Saint-Maxime”. Son portrait de Simone Veil, le plus célèbre qu’il sera fait d’elle, est pris “au bord de la piscine”, se rappelle Daniel Angeli. Quelques mois après, la promulgation de la loi Veil fait de la femme politique une icône de la lutte pour les droits des femmes en France et contribue à faire du portrait d’Angeli un morceau d’Histoire.

1974, Simone Veil à Sainte Maxime @Daniel Angeli

Pour chaque œuvre évoquée ici, le même constat : une affinité avec les sujets photographiés. “Dans la généralité oui, il y avait une proximité”, confirme celui qui l’on surnomme “l’ami des stars”. A ce titre, comment ne pas évoquer la relation privilégiée qui l’a lié pendant 20 ans à Johnny Hallyday ? D’abord chasseur et proie, les deux finissent par sympathiser puis devenir des confidents. Ensemble, ils partent en vacances à Gstaad, Saint-Tropez, Saint-Barthélémy. Angeli l’accompagne dans ses tournées, ses tournages, ses campagnes de promotion : “J’étais totalement transparent envers lui et il me faisait confiance”.

Quel regard porte le septuagénaire sur son métier tel qu’il est pratiqué aujourd’hui ? A-t-il évolué ? “Il n’a pas évolué, il a disparu, faute de sujets”. Pour Daniel Angeli, pas de doute : “On n’a plus autant de stars qu’avant, il suffit de comparer la popularité de Chirac, qui était apprécié de tous les Français, avec celle de Macron”. Autre changement de paradigme, les personnalités publiques tendent à gérer elles-mêmes leur communication, notamment via leurs réseaux sociaux : “Cela a toujours existé", rétorque alors le photographe, “même les photos volées avaient un côté promotionnel”. Selon lui, ces photos permettaient de “rentrer dans le vie d’une star pour la faire durer dans le temps”. “Les stars d’aujourd’hui sont éphémères”, conclut-il, en prenant comme exemple les vedettes de télé-réalité. Raison de plus pour se plonger, le temps d’un instantané, dans les vies secrètes de certaines des plus grandes figures contemporaines.

No items found.
No items found.
No items found.

Plus d'articles